Si fragiles et si forts d’Élisabeth Segard : une émouvante aventure aux Invalides

Élisabeth Segard, Si fragiles et si forts
Élisabeth Segard, Si fragiles et si forts

Dans ce roman d’aventure émouvant on découvre les Invalides et ses habitants. Élisabeth Segard y décrit la vie des occupants de ce bâtiment historique avec douceur et humour, sans chichis pour faire pleurer dans les chaumières. Mention spéciale pour les scènes historiques imaginaires qui sont si drôles. On se laisse embarquer par la chasse au trésor d’un enfant sans se poser de questions et l’on rêve que le monde voie le handicap comme il est raconté dans Si fragiles et si forts : avec simplicité et sans malaise. Élisabeth Segard change à nouveau de genre avec son troisième roman, le plus intime et le plus abouti jusque-là.

Le résumé de la maison d’édition :

Abdel est un ancien soldat, qui vit à l’hôtel des Invalides depuis vingt ans. Entre les parties de dames et les blagues de son copain Maurizio, ses journées s’écoulent paisiblement. Gab a neuf ans. Curieux et débrouillard, il vit seul avec sa mère Pélagie. Il aime les dinosaures et le pop-corn. Rien ne prédispose le vieux blessé de guerre et l’enfant à se rencontrer. Rien, sauf un livre, et le fantôme d’un petit tambour. Si fragiles et si forts est une formidable histoire de solidarité et d’espoir. On y rencontre des êtres cabossés par la vie. Certains ont perdu leur bras, leurs jambes, d’autres, leur père. Autour du rêve d’un enfant, ils se trouvent une quête commune.

Élisabeth Segard, Si fragiles et si forts, Eyrolles, 290 pages, 16 euros.