Rendez-moi mon cheeseburger !

Quand il faut tout faire soi-même parce qu’on ne trouve pas ce qu’on veut : bacon cheeseburger maison.

Hier soir, c’était burger maison. Pardon : bacon cheeseburger maison. Un mets délicat et messy à la fois de plus en plus difficile à trouver dans sa forme la plus simple à Tours. Comme le dit si bien Jérémy S. : « Le burger, c’est de la bouffe de pauvre, faut arrêter les trucs trop compliqués ou sophistiqués, leave the burger alone, free the burger ! » (En substance, car ça remonte et ma mémoire n’est plus tout à fait ce qu’elle était.) Un truc qui fait rêver et qu’on mange en s’en mettant un peu partout et en se léchant les doigts religieusement.

En immense amatrice de burger, j’en ai testé quelques uns, particulièrement avec Émilie F., aussi impliquée dans la cause que moi. (Et en faisant un tour sur son blog j’ai découvert que Chala Moda avait grosso modo le même but dans sa vie. Elle a d’ailleurs posté une liste des 5 meilleurs burgers de Tours, allez donc y faire un tour pour voir si vous êtes d’accord.) Et franchement, dans l’ensemble c’est plutôt super bon. 

Parce qu’à Tours on est chanceux, on a de bons ingrédients (et de vrais amoureux de la bonne bouffe qui déboîte). De bons pains, de la bonne viande, du bon fromage. Normalement, ça devrait suffire à faire des burgers mémorables. Malheureusement c’est devenu un peu fouillis ces derniers temps. On dirait qu’à force de vouloir se démarquer, c’est devenu le grand vidage de tiroirs dans le burger. Et que je te fais un chutney spécial, et que je te change de sauce toutes les 3 semaines, et que je te mets un radis magique (OK, là j’invente)… On a un peu perdu de vue l’idée de base : du pain, de la viande et du fromage (et de la salade et de la tomate pour quelques — ouais, la majorité, d’accord — hérétiques — sorry, mais pas vraiment sorry). 

Il est où le bacon ?

Où est passé le cheeseburger basique mais néanmoins si savoureux et réconfortant ? Et surtout, OÙ EST PASSÉ LE BACON ? Comme il est long, je n’ai pas relu tout le menu de Frenchy’s Burger mais j’ai tapé « bacon » dans la barre de recherche et ça m’a dit « introuvable ». Idem pour Le Tatoué toqué (pas encore essayé mais fait très envie) et Balzac Burger. Chez Big Fernand il y en a mais on nous appelle ça « la poitrine de porc fumée » (« pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué », comme dirait maman). En revanche vas-y avec la pomme, les rillons, le miel, le concombre et l’aneth (WTF, sérieux), les galettes de quinoa, les champignons géants, la coriandre (au bûcher !), la tomate séchée (oui, j’ai un problème avec la tomate, leave me alone too), le radis (j’ai vérifié, en fait, il y en a chez le Tatoué toqué), le chèvre… 

Désolée mais le chèvre et les rillons, c’est bon pour les planchettes apéro — ça n’a rien à faire dans mon burger. Et OK, on trouve l’équivalent d’un cheeseburger vaguement basique chez à peu près tout le monde mais alors chacun y va de son fromage : et que je te mimolette par-ci, et que je te tomme de Savoie par-là, viens donc voir ma raclette, mon gouda ou chais pas quoi… Marre. Si je veux du reblochon ou une fondue savoyarde, je sais faire comme une grande, merci. Rendez-moi le cheddar du vrai burger ‘ricain et balancez du bacon à foison*. 

Parce que le (bacon) cheeseburger, c’est au burger ce qu’est la petite robe noire à n’importe quelle boutique de fringues. C’est la base pour le test. Alors oui, une fois de temps en temps, un truc un peu différent pour s’amuser, why not. Mais le problème c’est qu’aujourd’hui on a surtout le truc différent et plus assez le basique. Or comment réellement trouver son burger joint préféré quand on n’a pas de quoi comparer ? On ne désigne pas la meilleure baguette de France en testant le pain de campagne à la farine bio de mimolette et ses graines de pavot, que je sache. Non, on teste la baguette ordinaire. Alors please, please (love me and) send me to heaven avec le perfect bacon cheeseburger**. 

Et servez-moi une bonne Bud, the King of Beer. Thx a lot.

* Oh et alors un truc qui me ferait super plaisir, ça serait de trouver des frites de patate douce, aussi. Parce que bon vous avez déjà la friteuse, donc est-ce que ça vous boucherait le trou du c*l (comme disait ma grand-tante Mado quand on ne voulait pas manger ses coquillettes) d’éplucher une patate douce de temps en temps SVP ? 

** Un bon pain, un bon steak, un bon cheddar et du bacon. Et une sauce fromagère***. 

*** Parce que je suis allergique à la tomate. N’hésitez pas à envoyer vos candidatures si vous voulez qu’on fasse un test groupé****. Et vivement la réouverture des restos parce qu’en vrai quand on se fait livrer c’est trop naze, ça arrive froid et tout ramolli. 

**** En vrai j’aimerais réellement faire ça. Moi, une grande table, et tous les burger joints de Tours qui m’apportent un bacon cheeseburger. Et je les mange tous. Et après j’explose. Mais juste avant, l’extase. Et je suis sûre qu’il y a moyen de faire un prix TMV du meilleur burger (il y a bien le prix du roman TMV alors pourquoi pas ?).