Dégustation : le thé noir de Nouvelle-Zélande de Dammann Frères

 

La semaine dernière je vous ai parlé des thés de Nouvelle-Zélande de Dammann Frères. Aujourd’hui je vous propose une dégustation du thé noir Black Ocean. 

Premier moment de plaisir à l’ouverture du sachet quand le thé libère des notes cacaotées. Ce thé est nature, donc sans arômes (naturels ou artificiels) donc lorsque je parlerai d’arômes ou goûts il s’agira bien sûr du goût naturel du thé. De ce point de vue, les thés de Nouvelle-Zélande sont loin d’être en reste. D’ailleurs, Ann-Claire Lecocq, acheteuse / chef de produits thés & plantes à infusions chez Dammann Frères, a sélectionné ce thé pour ses « notes fruitées de figue et d’abricot compotés, ses notes boisées et maltée, l’évocation de la fève de cacao avec un fini légèrement miellé ». 

J’avais déjà parlé d’un thé noir rapporté de Chine, celui qui sert à faire le Lapsang Souchong et qui, avant d’être fumé, se révèle un délicat mais goûtu thé noir aux notes fortement cacaotées. Une merveille. Au moment où j’écris ces lignes, il ne me reste que de quoi faire une théière et depuis des mois je cherchais désespérément un thé aux notes semblables car pour trouver celui que j’ai rapporté en Europe, c’est quasi-mission impossible. Eh bien le Black Ocean de Dammann Frères, bien différent évidemment, se place dans cette catégorie de thés cacaotés. C’était donc une dégustation réjouissante qui s’annonçait. 

Après une infusion des feuilles aux reflets dorés pendant 4 minutes dans une eau chauffée à 90°C, ce thé noir offre une infusion cuivrée aux effluves enchanteurs (non, je n’exagère pas). Au goût, l’on retrouve facilement les notes cacaotées attrapées à l’odeur, ainsi que le côté boisé et terreux. Je ne distingue pas particulièrement les fruits annoncés par Gabrielle de Dammann, mais en fin de gorgée on a effectivement cette note légèrement sucrée, comme un fruit au miel. Bref, un vrai délice, parfait pour un moment privilégié, une dégustation avec un bon livre et un plaid bien chaud. Et pour ceux qui s’intéressent aux accords fromages-thés, il se marie très bien avec un cheddar à la truffe que j’ai rapporté de chez Fortnum & Mason cet hiver. On pourrait croire que la truffe, un arôme qui écrase un peu tout, l’emporterait mais c’est là toute la splendeur de ce thé : une bouchée de potato scone avec un peu de fromage, on mâche bien (comme on a appris petit), on avale et là (et seulement là) on prend une gorgée de thé et on laisse la magie opérer. Septième ciel papillaire garanti !