Concert Apprenti sorcier : chapeau l’orchestre !

Opéra de Tours : concert Apprenti sorcier de Benjamin Pionnier par l'orchestre symbphonique

J’arrive tout juste de l’Opéra de Tours où avait lieu cette après-midi la deuxième et dernière représentation du concert Apprenti sorcier. Au menu, de belles découvertes et un enchantement tel que je n’ai pas pu attendre pour vous en parler : à peine arrivée j’ai mis la soupe sur le feu et pendant que ça chauffe, je vous dis tout.

Au programme de ce concert sublime : l’Ouverture de Hänsel et Gretel d’Engelbert HUMPERDINCK, La Walkyrie : Adieux de Wotan et Magie du feu de Richard WAGNER, L’Apprenti Sorcier de Paul DUKAS, La Sorcière de midi (Polednice), B.196 (Op. 108) d’Antonín DVOŘÁK et enfin, en apothéose, une Suite Symphonique Harry Potter à l’école des sorciers de John Williams.

Je ne connaissais ni Hansel et Gretel, ni La Sorcière de midi. Je les ai découverts avec plaisir et ai été ravie de ré-entendre La Walkyrie et L’Apprenti sorcier. Mais en fan inconditionnelle, le clou du spectacle était évidemment pour moi la dernière partie, Harry Potter. Une idée brillante — d’ailleurs la salle comble en témoignait, tout comme le nombre d’enfants et d’adolescents présents. L’orchestre a comme toujours été impeccable (je tiens d’ailleurs à leur affirmer ici mon soutien quant aux revendications énoncées en début de spectacle).

Il me reste à poser deux questions à Benjamin Pionnier :
1) Avez-vous choisi une écharpe Gryffondor :
a. Parce que vous êtes Gryffondor (test Pottermore à l’appui) ?
b. Parce que c’est la plus connue et celle de Harry Potter ?
2) Sur la même veine de ce concert, est-il possible d’envisager d’autres concerts de classique contemporain avec des musiques de films / séries TV ? Je pense notamment à Murray Gold pour Doctor Who… Si la réponse est oui, je vous en supplie, envoyez-moi un mail le moment venu, j’ai de sérieuses suggestions inévitables (pour Doctor Who).

En tous cas, c’était un vrai bonheur à entendre (à la fois pendant et après le concert). La programmation de l’Opéra et de l’orchestre symphonique déçoit rarement, mais là, chapeau monsieur le directeur !